Pots à tabac

Au tout début du tabagisme, le fumeur se rendait au bureau de tabac pour se procurer la pipe et le tabac. L'habitude de fumer à la maison s'est peu à peu imposée, et les gens ont donc ressenti le besoin d'y conserver une réserve de tabac. Les pots à tabac permettent de conserver le tabac en toute sécurité.

Un pot à tabac est suffisamment spacieux pour y mettre la main, il est muni d'un couvercle et, de préférence, d'un couvercle intérieur pour éviter que le tabac ne sèche. Dans les milieux plus aisés, le pot à tabac n'est pas seulement pratique, il est surtout destiné à impressionner et, bien sûr, à faire preuve d'hospitalité. Il est donc de préférence en argent et à la dernière mode. Le chic le plus populaire est le pot en faïence de Delft peinte en bleu ou polychrome, également pour le spectacle. Curieusement, le pot à tabac reste un article typiquement hollandais depuis un siècle.

L'équivalent moins cher est le pot à tabac en étain ou en plomb. Même la fonte a été utilisée comme matériau. Les versions en fer de Berlin noirci sont particulièrement remarquables. Au XIXe siècle, le pot à tabac est devenu une marchandise internationale, fabriquée et utilisée partout. Au cours du même siècle, le choix s'est élargi avec toutes sortes de pots à tabac en faïence fabriqués en série, la plupart du temps sous forme de figurines. La plupart de ces objets sont peints à froid et ne sont pas très durables.

Les pots à tabac de Delft, beaucoup plus grands, sont destinés au bureau de tabac, et plus particulièrement au tabac à priser. C'est pourquoi certains mentionnent le mot « rappé », le nom français du tabac à priser.

 

Un objet typiquement hollandais est la tabatière en bois, comparable à la boîte à thé, mais avec un seul compartiment, car à l'époque, on ne fumait qu'un seul type de tabac. La tabatière fait place au pot à tabac rond en bois tourné, souvent fabriqué à partir de douelles. Ils sont restés en usage jusqu'au vingtième siècle. La diminution du nombre de fumeurs de pipe a entraîné la disparition du pot à tabac de la table. Le fumeur utilise un sac à tabac car les quantités sont de plus en plus petites. La paysannerie néerlandaise utilise une tabatière suspendue, une boîte en bois avec une plaque arrière munie d'un trou de suspension. Si l'on voulait arrêter sa pipe, il fallait enlever cette boîte à tabac du mur.

À la fin du XXe siècle, une autre série spéciale de tabatières en argent a été créée. Il s'agit d'une initiative de la fondation Silver in Motion. Plusieurs designers ou orfèvres prometteurs ont créé ensemble une série de douze modèles remarquables. Ils représentent l'idée de design moderne d'un article qui avait entre-temps perdu son statut et n'était plus utilisé dans les cercles domestiques.

APM 2.785
APM 21.686
APM 21.798
APM 6.802
APM 13.012
APM 18.083
APM 19.421